L'Alphabet Phonétique International

Renvois aux signes de transcription :
Voyelles : aa oei ei ej ibref ilong ie oi oj ub ul y ue
Semi-voyelle : j
Consonnes : sch

L'Alphabet Phonétique International (API, en anglais IPA) est utilisé pour représenter sous forme écrite la prononciation des mots. Il y a intérêt à le connaitre un peu, car les dictionnaires usuels s'en servent pour noter la prononciation des mots. Par exemple le Petit Robert en use systématiquement, et là où le Petit Larousse note la prononciation, c'est aussi avec l'API qu'il le fait. Des dictionnaires de l'allemand ou de l'anglais (non américains) en usent également.

Nous mettons ici les signes de transcription que nous utilisons pour noter la prononciation des mots alsaciens, ce qui implique que nous donnions à certains signes (lettres) des interprétations qui ne sont pas exactement celles que les phonéticiens leur donneraient. On a voulu éviter de recourir à des signes complexes, et chaque fois que c'était possible, on s'est servi de signes connus des locuteurs, même si c'est avec une valeur un peu différente. La présentation est faite selon l'ordre alphabétique des correspondances alphabétiques les plus vraisemblables. Ce n'est donc pas un ordre systématique (scientifique), mais essentiellement pratique. Les phonéticiens trouveront à redire aux explications qui sont données ici, mais on n'a voulu dire que ce qui est indispensable en première approximation.

 Retour à la page d'accueil
Retour à la page "Elsàsser"

Table des phonèmes de l'alsacien et de leurs graphies

 Abréviations : fr. : français ; all. : allemand ; als. : alsacien ; strasb. : strasbourgeois

Signe de transcription

Ortho-graphes (alsacien)

Exemples

Observations

[a]

à

fr. la, là, âme ; all. da, Rad, als. rànne "courir"

A la place de cette voyelle, on trouve [æ] à Strasbourg et dans d'autres formes du dialecte. Elle n'apparait à Strasbourg que dans la diphtongue [au], ou plus ou moins accidentellement (interjection àh jo !, qui apparait ailleurs sous forme eh jo !).

[å]

a

als. mache "faire", Naacht "nuit"

Voyelle de l'alsacien, absente du français et de l'allemand standard. - Ce signe est assez couramment employé pour noter cette voyelle, intermédiaire entre [a] et [oa].

[æ]

ä, è, à

als. (strasb.) Brätt "planche", hälfe "aider", Händ "mains"

Voyelle très ouverte, proche de [a]. Il est souhaitable qu'on écrive de la même façon cette voyelle dans tous les mots où elle apparait, quelle que soit la voyelle en allemand standard. Correspond à Strasbourg à ce qui est prononcé ailleurs [a].

[ai]

ai

zwai "deux",
Waid "pâturage",
Laib "miche de pain"

Surtout ne pas écrire ei sous prétexte que c'est la graphie allemande ; il y a en alsacien une autre diphtongue [eai].

[au]

au

laufe, Frau

Cette diphtongue existe surtout dans le parler de Strasbourg. Elle a d'autres formes ailleurs : [åi], [i]. A Strasbourg même, il arrive qu'elle prenne des formes [av] ou [a].

[åi]

oei,
ou (?) âi

Froei "femme",
loeife "marcher"

Cette diphtongue a des formes variées, par ex. : [åi], [i], [oi]. On propose cette graphie ici faute de mieux.

[b]

b, p

bade "se baigner" - e Lumpe "un chiffon"

On se servira ici du simple signe [b] pour transcrire la consonne douce sourde, v. b et p

[d]

d

e Tísch "une table" - er dürt mi "il me fait pitié"

On se servira ici du simple signe [d] pour transcrire la consonne douce sourde, v. d et t.

[]

e

fr. mache "faire", verliere "perdre".

Voyelle extrêmement variable d'une langue à l'autre, et à l'intérieur de chacune ; en alsacien, certaines parlers ont une voyelle simple à la place des diphtongues écrites ie ou ue.

[e:]

ee

leere "apprendre", steere "déranger", eewig "éternel"

L'application de cette règle dérange des habitudes bien installées, et on pourrait envisager des aménagements. Mais pas question d'introduire de üe, des öe etc. V. discussion.

[]

e ; eh

hewwe "tenir" - Mehwel "des meubles"

On essaye de distinguer la brève et la longue. La longue est relativement rare. v. ee et eh.

[i]

ei

frei "libre"
nei "nouveau"
Beckerei "boulangerie"

Surtout ne pas utiliser la graphie ei pour la diphtongue [ai], v. ei/ai

[:j]

ej

sich beweje "bouger"
weje "peser"

Pour la distinction entre cette diphtongue et la précédente, v. ei/ej

[f]

f, v, ph

vil "beaucoup" - Fade "fil" - Photo

 

[g]

g, k, ck

graad "droit" - dràckig "sale" - Kranz "couronne"

On se servira du signe [g] pour la sourde douce de l'alsacien, v. g et k

[h]

h

gee haim "va à la maison" - Hose (ou Hosse) "pantalon"

Consonne absente du français, mais courante en allemand standard.

[i]

i, ï

wit "loin" - e Wïd "un saule"

On distingue la brève, écrite simplement i, et la longue, écrite ï (parfois ih).

[į]

í

mít "avec",
Kínd "enfant"
síwe "sept"

Au clavier, taper é, et à la fin du texte, remplacer tous les é par des í

[ie neutre]

ie

Lieb "amour" - siess "sucré"

Surtout ne pas écrire ie un simple [i] long, v. Graphie ie

[j]

j

jà ou ja "oui", joomre "se lamenter", je "balayer"

Nous ne notons pas par [j] ici le second élément des diphtongues fermantes à premier élément bref)

[k]

k, gh

Kírich "église" - nagheie ou nuntergheie- "tomber en bas"

La graphie k ne représente en principe un [k] qu'en début de radical devant voyelle, v. g et k.

[l]

l, ll

Lila "lilas" - briele "crier"

 

[m]

m, mm

zamme "nsemble" - er muess "il est obligé"

 

[n]

n, nn

kenne "pouvoir" ou "connaitre" - numme "seulement"

Devant k, se prononce [ng, v. ci-après.

[ng]

ng, n(k)

lang "long" - nks "à gauche"

Cette consonne est la nasale qui correspond à [g] comme [n] correspond à [d] et [m] à [b].

[o]

o , oh

Holz "bois", bohre "forer"

Voyelle plus ouverte que le [o] du français, plus fermée que le [oa] du français. V. Graphie o

[ø]

ö

Böie "détour", fröje "demander"

Apparait en strasbourgeois dans les diphtongues oi et oj.

[]

ö

 

Variante locale de [ø]

[oi]

oi

Loie "mensonge"
ich droi "j'ose"

Variante strasbourgeoise :[öi]

[o:j]

oj

froje "demander"
bloj "bleu"

Variante strasbourgeoise :[öj]

[p]

p, bh

bhandle "traiter"
pür "pur"

En fait, la consonne "dure" du français est réservée au groupe bh et aux emprunts récents

[r]

r

redde "parler" - Dorf "village"

 

[s]

s, ss

Seel "âme" -
Rase "gazon" -
Fuess "pied"

Il n'y a pas de consonne [z] en alsacien (consonne de Seele et Rasen en allemand standard)

[sch]

sch,
s dans st, sp

Stund "heure"
spare "économiser"
Schuel "école"
roste "rouiller"

L'alsacien ne connait pas la consonne [zh] du français (jouer, gêne)

[t]

t, dh

dhaim "à la maison"
Tee "thé" ou "tisane"

En fait, l'alsacien ne connait le [t] "dur" du français que dans le groupe dh et dans les emprunts récents.

[ų]

u

rund "rond"
furt "parti"

Voyelle intermédiaire entre le [u] et le [o] du français.

[ų:]

oo,
o en finale

roote "deviner"
Hoor "cheveu"
derno "alors"

Souvent un peu plus ouverte que la précédente, v. Graphie o

[v]

w

Ruewe "navets"
Wínd "vent"

On écrira donc Stíwel et non Stuebel... "petit salon" (nom de certains débits de vin)

[x]

ch (après a, o, u)

Bach "rivière"
doch "si".

Articulation presque comme pour [k], mais en laissant passer l'air ; le rapport entre [k] et [x] ressemble à celui qui existe entre [t] et [s].

[c]

all. ch (après e, i, ö, ü, ä, ou consonne)

ich mecht "je voudrais"
chel "faucille"

Articulé beaucoup plus en avant que [x], comme [j], mais sourd (faites un [j] "chuchoté")

[y]

ü
u dans ue

e Bür "un paysan"
süfer "propre"

Bien se souvenir du sens de ce signe de transcription

[ye neutre]

ue

lueje "regarder"
gnue "assez"

Graphie ue

Retour à la page d'accueil
Retour la page "Elsàsser"